samedi 10 juillet 2010

Le jardin sous l'orage

Hier, avant-hier et tous les jours d'avant, fraîcheur à l'aube,
Chaque plante, chaque fleur émerge toute fraîche de la nuit

La lumière se glisse doucement entre les mailles de la nuit, les bleus s'éclaircissent jusqu'aux lueurs roses et dorées d'un soleil nouveau

Six heure...

Visite attentive, je regarde pousser les fleurs...
Chaque matin, de légers changements apparaissent... A voir, à regarder, à savourer, humer, s'émerveiller ...

Tiens! Le rosier refleurit, les têtes de dalhias retombent sur leur jabot, les lys, c'est fini, la lavande,immuable, dresse son parfum bleu, verveine, thym, origan, basilic, un bouquet d'odeurs et de saveurs...

Minutieusement, je fais le tour, à l'affût des variations, des différences, je goûte l'air frais, l'herbe mouillée, le silence juste troué par l'éveil des oiseaux... Bonheur...

Ce matin, nuages et vent, le ciel claque, déchiré de tonnerre et d'éclairs, l'eau crépite à seaux sur mes amies vertes, courbées, bousculées, les fleurs s'écroulent vers la terre gonflée de ruisseaux nouveaux...

Etrange paradoxe, soleil de plomb pendant des jours, trente à quarante degrés, silence minéral de onze heure à vingt heure, seuls les cigales et les lézards exultent sous la chaleur

Ce matin, un autre monde, jusqu'à tout à l'heure ou demain...

Mes émotions sont comme le temps, contrastées...

Mes vieux parents qui s'enlacent de peur de se lâcher, douleur informulée, lequel des deux partira le premier?

Ma blonde petite-fille, douce et tendre, heureuse de la vie, tranquille dans sa fratrie multiple, les autres enfants de papa, de la compagne de papa, les enfants du mari de maman, la maman de l'un et la famille de l'autre...

Tout baigne...!

Mais hier, les petites naïades bronzées, sortant des jeux et des rires de la piscine, viennent me voir en coeur, l'air grave soudain: " Tu sais, mamie, hier soir, "Ils" se sont disputés, "On" les a entendues, ça nous fait peur parce que, tu comprends, ils pourraient se divorcer, et nous, comment on ferait?
Parce que nous, on est pas des amoureuses, alors on peut se disputer parfois, c'est pas grave, on peut pas se séparer!"

Alors, rassurer, expliquer, rassurer encore, avec la voix, avec le sourire, avec les mots: " C' est pas grave non plus, les grands aussi s'énervent parfois, ils s'aiment très fort, c'est pas grave, vous pouvez jouer ( grandir) tranquille... "

Confiance absolue des petits visages... Viens, Elisa, on retourne plonger!

L'été de Juillet

Surprise, le téléphone sonne: Un Prince Charmant, un ami, un amoureux d' il y a vingts ans...
Des volubilis bleus et pourpres et blancs s'enroulent et s'enlacent autour des mots, les vignes d'Alsace, les vignes en Languedoc...

Le Sud, la mer, le sable chaud, c'est sympa en été!

"Il" vient en Aout, fleurir le jardin vert... Peut-être...

14 commentaires:

  1. Terrible !! J'adore ton texte.. C'est fluide comme une eau de rivière.. ça se lit avec délice...
    Et puis un ami d'avant.. c'est sympa ça, pour le milieu de l'été.. ( tu me diras qui c'est ?:) )
    Je t'embrasse doux.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense souvent à ça : le cataclysme que peut représenter une grosse averse sur un jardin, tous les insectes noyés, les fleurs cassées... Et en même temps c'est absolument nécessaire. Il faut des chaleurs d'été et des orages ensuite... Il est bien beau votre texte !

    RépondreSupprimer
  3. Colombine, L'Homme au bois dormant, plaisir de partager les plaisirs, les mots sont des complices porteurs d'émotions, de sensations, heureuses, en ce bel été
    Bisous à vous

    RépondreSupprimer
  4. astre astéroide2 août 2010 à 00:49

    émotions contrastées comme le temps, et cette nature merveilleuse, pleine de vie et contraste et mouvance des plantes qui subissent les éléments physiques du climat, parfois la tête penchée sous les intempéries, parfois se dorant au soleil.

    Nous sommes comme ces plantes, sujets au climat qui noue environne, à notre humeur, et à celles des autres.

    Et parfois, impromptu, une nouvelle nous parvient, moment de bien-être, de bonheur et de légèreté, le ciel pour accompagner, écarte ses nuages gris, pour donner tout son éclat bleuté, les couleurs ont leurs symboles, et nous nos états d'âme.

    Cette année mon jardin a offert son hospitalité à une foule de pélerins et pélerines de bonnes augures. Ce sont les coccinelles, adorables , rondes et bicolores, jamais je n'en ai vu autant.

    Elles ne parlent pas beaucoup, mais apportent tellement de bonheur.

    Alors qu'amour ai toujours le dernier mot.

    tendres baisers

    RépondreSupprimer
  5. Vraiment agréable ce site et en plus il est complet et simple en recherche. Je t’en remercie beaucoup pour ces moments de détente .
    voyance gratuite

    RépondreSupprimer
  6. Grâce à vous, j'ai pu apprendre beaucoup de choses intéressantes. J'espère en apprendre encore.

    RépondreSupprimer
  7. Vos partages me plaient beaucoup! C'est super!!!
    voyance gratuite par email

    RépondreSupprimer
  8. Je trouve ton blog très intéressant, tu donnes d’excellents conseils .

    RépondreSupprimer
  9. je passe en coup de vent pour te souhaité une bonne fin de journée gros bisous

    RépondreSupprimer
  10. Je suis vraiment fière de vous découvrir, votre blog est vraiment super !

    RépondreSupprimer
  11. Heureuse d'être parmi vous et découvrir vos postes. J’espère que vous partagez d'autres notes. Continuez ainsi.

    voyance email

    RépondreSupprimer
  12. J’aime beaucoup ce blog car vous êtes un de ceux qui a le plus de recul par rapport “au monde virtuel”…
    avenir amoureux gratuit

    RépondreSupprimer